Accéder au contenu principal

Inflation: l'apocalypse n'a pas (encore) eu lieu

Dans la première semaine du mois d'août, j'ai eu l'agréable surprise de me procurer une bouteille de gaz domestique de 15 kg à 6000 frs CFA. Le gouvernement s'était donc abstenu d'augmenter les prix des hydrocarbures. Avant la date fatidique du 1er août, certaines rumeurs folles circulaient. J'avais entendu dire par exemple dire que 15 kg de gaz domestique se vendraient désormais à 10500 frs ! Ce qui, comme moi, ont cessé depuis fort longtemps d'écouter ou de regarder la radio ou la télévision publique, gobèrent avec scepticisme ou non ce genre de rumeurs.

Il faut avouer qu'une grande proportion d'anti-Biyas, dont je fais partie, mus par je ne sais quel mauvais esprit, espéraient que le gouvernement procéderait à cette augmentation des prix des hydrocarbures juste pour que la colère sociale dégénère en un nouveau Février 2008. En effet, il n’est pas besoin d’avoir étudié l’économie à l’université pour prévoir une inflation généralisée. A moins peut-être d’être membre du gouvernement pour croire que les véhicules automobiles, qui transportent les passagers et les denrées alimentaires de première nécessité, utilisent de l’eau comme carburant.       
Mais avouons pour une fois que notre gouvernement a pressenti qu’il allait creuser sa propre tombe. Lâchement, il a fait pression, aux cours de longues négociations, sur les transporteurs afin ceux-ci ne répercutent cette hausse sur leurs tarifs. Ayant radicalement tourné le dos aux médias publics, je n’ai pas écouté la propagande gouvernementale qui visait à vendre les Grandes Réalisations au coût de de la hausse des prix.

On a parlé de la nécessité de mobiliser 400 milliards pour financer les projets structurants (sic), d’une politique de soutien de prix que l’Etat ne peut plus se permettre, d’un subvention qui profitait surtout aux propriétaires de véhicules haut de gamme genre Mercedes. Disons le tout de suite: ces arguments de propagande sont d’énormes foutaises ! Passons sur le fait que le Renouveau ait attendu 24 années pour élaborer des Grandes Ambitions en matière d’infrastructure, puis ait eu besoin de sept nouvelles années pour pour peaufiner ses ambitions afin soit question plus tard de Grandes Réalisations.  

L’Etat RDPC dit qu’il ne peut plus se permettre le luxe d’une telle subvention. Il oublie que c’est avec l’argent du contribuable que les prix sont soutenus. Le gouvernement prétend qu’il compte ainsi engranger 400 milliards. Mais sa pitoyable incompétence l’empêche de prévoir une brutale contraction de l’activité économique qui provoqueront immanquablement une forte baisse des recettes fiscales, notamment celles liées aux hydrocarbures. Je ne parle même pas de la contrebande ou de la contrefaçon...

Dans un élan naturel de couardise, le gouvernement a mis en avant les recommandations d’un fonctionnaire du FMI. Comme pour dire: “Si nous prenons une telle mesure, c’est la faute à Breton Woods!” Si ce Breton Woods avait fermement recommandé d’organiser des élections transparentes, on aurait parlé d’ingérence.

L’Etat a reculé mais qu’est-ce qui nous assure qu’il ne l’a pas fait pour mieux sauter ? Vaille que vaille, les grands chantiers devront être financés et ne comptons pas trop sur le Renouveau pour dégager des ressources en luttant efficacement contre la gabegie, la corruption et la prévarication des biens publics. Quand le gouvernail du pouvoir est tenu par un capitaine illégitime et incompétent, ne nous étonnons pas que le navire navigue à vue.  
  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…