Accéder au contenu principal

Pourquoi je défends Nathalie Koah

J'ai pris la décision inhabituelle de ne publier des articles qu'à propos de l'affaire Eto'o-Koah pendant tout le mois de février. Cela veut dire que les étolâtres qui haïssent Koah souffriront de mes publications contre leur idole. D'autres gens honnêtes estimeront qu'il y a des sujets plus importants et me reprocheront d'être un voyeur; ils se trompent et j'essaierai de les démontrer pourquoi.
Nathalie Koah n'est pas une ange, loin de là. Elle a sa part d'ombre et peut-être des cadavres dans son placard. S'il ne faut juger que de son passé, elle n'est franchement pas un exemple pour notre jeunesse. On dira qu'il existe un pléthore de filles plus vertueuses et plus innocentes qu'elle à défendre: c'est certainement vrai. On me reprochera à juste titre de rester passif quand ces victimes-là auront besoin de soutien.
Mais permettez-moi de vous rappeler que la grandeur de la justice réside plus dans le fait de protéger les victimes peu vertueuses que les pieuses victimes. D'abord parce qu'il nous est naturel de protéger les agneaux, même sans système judiciaire formel. Puis, parce que les personnes vertueuses sont rares et que nous sommes la plupart du temps amener à rendre justice aux gens loin d'être irréprochables, de simples gens comme vous et moi.
Nathalie Koah a été victime d'une injustice criarde. La justice a été instrumentalisée pour la séquestrer et confisquer illégalement ses biens, puis elle n'a pas levé le petit doigt pour sérieusement vérifier ses accusations à propos de l'accusation de publication de photos obscènes la mettant en scène. Quand elle réagit et donne sa version des faits pour parer à l'entreprise de diffamation dont elle est l'objet, elle reçoit alors des tonnes et des tonnes de déjections et d'injures de la part des Camerounais lambdas. De la pure méchanceté.
On me dira qu'il y a des sujets plus importants. Lesquels ? dites-moi.
Les droits de la femme à un mois de la fameuse fête du 8 mars ? Voici justement une femme dont les droits ont été foulés au pied par le machisme incroyablement méchant de notre société, machisme auquel adhère aussi les femmes. Ces femmes-là qui insultent si bassement Nathalie Koah diront quoi de pertinent dans un mois. En dehors du pagne, qu'auront-elles gagner en matière de respect de leurs droits ?
L'impuissance de la justice et des forces de sécurité face à la multiplication des assassinats d'enfants ? Le livre "Revenge Porn" nous décrit si bien comment un homme riche et célèbre a pu mettre en branle de manière impressionnante cette justice et cette police pour intimider une copine rebelle. Croyez-vous que cette justice et ses forces de sécurité se donneront la peine de protéger nos enfants ?
L'éventualité d'une élection présidentielle anticipée ? On accuse Biya'a bi Mvondo d'être responsable de la stagnation de notre pays et de nos difficultés quotidiennes. C'est vrai... mais en partie seulement. Quand nous, Camerounais lambdas, cautionnons une injustice aussi criarde, comment pouvons-nous croire que le successeur de Biya apportera la justice ? Il sera juste à notre image: injustes et méchants envers les femmes et les faibles.
Nathalie Koah n'est peut-être ni Jean Calas ni le capitaine Dreyfus. Je ne suis certainement pas Voltaire ou Zola. Mais autant les affaires Calas et Dreyfus exposèrent respectivement l'anti-protestantisme et l'antisémitisme de la société française à différentes époques, l'affaire Koah révèle l'ampleur et la profondeur du machisme dans notre société.
Que le bourreau de Koah, Samuel Eto'o Fils, soit une personne célèbre et adulé par le peuple importe peu ici. Je suis certain que si Eto'o avait été confondu dans une affaire d'homosexualité ou de pédophilie, il aurait rapidement perdu le soutien populaire et peu de gens auraient déclaré publiquement qu'il faut passer l'éponge sur ses méfaits à cause de la gloire sportive qu'il a apporté à notre pays.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…