Accéder au contenu principal

Sous le règne d'un "grand président"


Qui se rappele encore de cette après-midi du dimanche 30 juin 2002 où Biya'a bi Mvondo Paul Barthélémy, président de la république du Cameroun, accorde une interview surprise à le télévision nationale -je veux parler de l'inénarrable CRTV- à la surprise générale. Un peu plus ou un peu moins d'un heure avant, il a limogé le vieux Koungou Edima Ferdinand, alors ministre de l'admistration territoriale, suite l'échec piteux de l'organisation du scrutin électoral qui devait se tenir ce jour-là.

A l'annonce radiodifusée du coup de savate présidentiel dans les fesses de son grabataire de ministre et du report du déroulement du scrutin, j'entends un voisin se pâmer de ce qu'il considère être une décision digne d'éloges. Ce voisin déclare à qui veut l'entendre:"Popol est un Grand Président !" J'aurai peut-être du me demander à cet instant: Qu'est-ce qu'un Grand Président ? La première réponse à cette question hautement philosophique, c'est le Grand Président himself qui allait me l'apporter ce même dimanche après-midi.

En effet, notre sommité présidentielle déclara  lors de l'interview que ce ne fut que la veille qu'il fut informé par "on" que la tenue du scrutin à la date convenue était plus que problématique. Mais qui pouvait bien être ce "on" ? La presse, les partis politiques de l'opposition, des organisations de la société civile qui, durant les jours, les semaines et même les mois précédents dépensèrent des tonnes de papier, d'encre ou de décibels pour alerter l'opinion et le gouvernement sur l'impréparation de l'échéance électorale ?
Par "on", le Grand Président voulait-il parler de l'administration qui est sous son autorité, des nombreux services de renseignements que notre constitution et nos lois mettent à sa disposition ? Dans ce cas, on se demande comment ceux-ci prirent tant de peine à retrouver le numéro de téléphone du Grand Président pour ne l'appeler qu'à la veille du scrutin.

Quoi qu'il en soit, la première réponse à la question brillait par son évidence. Un Grand Président ne lit pas la presse de son pays, n'écoute ni ses concurrents politiques ni la société civile. Pis encore, il est difficilement joignable au téléphone par son administration.

A l'occasion du retour de Biya bi Mvondo Paul barthélémy d'un [long] séjour privé en Europe, le journal satyriquePopoli commit le crime de lèse-majesté de titrer: "Le grand vacancier est de retour !" Les temps ont bien changé puisqu'on incarcère plus des scribouillards qui font affront à notre Grand Président. Ces esprits chagrins peinent à comprendre que rendre caduques les dispositions constitutionnelles à propos de vacance du pouvoir du fait d'une absence prolongée du territoire contribuent à la grandeur d'une présidence.

La deuxième réponse à la question me vient à l'esprit quand je me rappelle la mansuétude dont bénéficiait le Grand Président de la part mes mères. Elles disaient de lui qu'il était un Bon président mais qu'il était mal entouré. Au risque de paraître macho, je remarque que nos mères veulent plus d'un bon président de qui elles sont proches affectivement que d'un "grand président", expression plus utilisée par nos mâles. Donc, deuxième réponse: un Grand Président n'est pas comptable des incompétences et des méfaits de son entourage, même si c'est lui qui l'a choisi.  

La troisième réponse sortit de la bouche d'un débrouillard qui gagnait sa vie en vendant des biscuits aux voyageurs dans des bus de transport interurbain: "Il n'y a que trois choses de nouveau que Paul Biya a apporté au cameroun: le chômage, le benskin et le call-box." Difficile de dire mieux.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…