Accéder au contenu principal

Comment Biya'a bi Mvondo achète la paix civile

En matière de politique intérieure camerounaise, je classerai notre père dans le camp des conservateurs cyniques qui trouvent matière à critiquer les changements démocratiques et les revendications populaires à plus de libertés politiques et civiques. Et pourtant, il n'a jamais été un partisan du Renouveau et c'est avec difficulté qu'on peut le ranger dans les rangs des sympathisants de Biya'a bi Mvondo et de son régime. La position politique et intellectuelle de notre père lui donnait donc souvent une lucidité assez rare pour analyser les actions du président camerounais.
Pour expliquer le laisser-aller qui a cour dans la société camerounaise, il disait que Biya'a bi Mvondo ménageait ainsi des   soupapes de sûreté pour éviter que les frustrations des populations atteignent un point où celles-ci se trouvent contraintes de descendre dans la rue pour manifester leur colère. L'exemple qu'il aimait le plus cité était le profusion des débits de boisson sous la présidence de Biya'a bi Mvondo.
Sous Amadou Ahidjo, les démarches pour obtenir l'autorisation d'ouverture d'un débit de boisson relevait d'une véritable parcours du combattant. Nos pères ajoutaient que même la distance entre deux bars étaient reglémentés et qu'il était en conséquence bien difficile, à leur époque, de trouver des rues, des carrefours ou des avenues de la joie où des bars, des cabarets, des boîtes de nuit ou autres lieux de commerce du plaisir festif et légal se côtoyaient dans une aussi grande proximité qu'aujourd'hui.
Mais avec Biya'a bi Mvondo est arrivé une certaine libéralisation des moeurs. L'espace de liberté accordé, même s'il s'apparente parfois à de la licence et de la luxure, évite au Renouveau l'affermissement de la conscience politique des citoyens. Grâce à une grande déréglémentation du commerce de boissons alcoolisés, les Camerounais peuvent s'offrir facilement une bonne bière bien glacée pour oublier, le temps d'une bonne orgie, les affres de la précarité économique, du chômage, de l'insalubrité de leur habitat et de bien pire encore. Autant que possible, on noie son désarroi librement dans l'alcool. D'autant plus librement que le reliquat de reglémentation sur vente de boissons alcoolisés n'est même pas respecté.
Si l'état de délabrement économique et social vous désespère, vous pouvez toujours vous mettre de baume au coeur en regardant les affriolants programmes des bouquets télé dont vous n'auriez pas pu avoir accès si les lois sur le commerce et la propriété intellectuells étaient rigoureusement appliquées. A ce propos, le groupe Canal+ peut toujours courir: il faudra encore bien longtemps avant que la myriade de câblo-opérateurs indépendants cesser de distribuer en toute impunité certains programmes tv de son bouquet. Puisqu'il faut bien se gaver des films divertissants ou des matchs européens de football télévisés pour oublier le chômage, la misère ou la gabegie du Renouveau, ne comptons donc pas sur ce dernier pour faire respecter rigoureusement la loi.
Quiconque dit que le football est l'opium des Camerounais n'ébauche qu'une cruelle vérité. Pour contribuer à l'étaler dans son entièreté, on doit souligner que Biya'a bi Mvondo use -sans vergogne, je me permets d'ajouter- du succès des Lions Indomptables pour endormir la conscience citoyenne des Camerounais. Si notre équipe nationale de football avait remporté la Coupe d'Afrique des Nations de 2008, il est fort à parier que nous n'aurions pas eu les émeutes de 2008. Les Camerounais au summum de la félicité footbalistique, "fiers d'être Camerounais", n'auraient pas trouver grand choses à redire à la brusque dégradation de la conjoncture économique et à la volonté de Biya'a bi Mvondo de lever un verrou constitutionnel pour se maintenir au pouvoir.
Il faudrait certainement un livre pour décrire les milles et unes astuces dont use le président camerounais, consciemment ou pas, pour rendre ses concitoyens si indolents. On pourra y parler aussi des maisons de passe "ampoules rouges", de nos stars du football qui abdiquent toute conscience citoyenne, du désordre urbain, de la corruption pour ne citer quelques-une des méthodes qu'utilise le Lion d'Etoudi pour acheter la paix civile au Cameroun.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…