Accéder au contenu principal

L'âge d'une fraude nationale (troisième partie)

Tant que l'épervier de Biya'a bi Mvondo ne s'attaque qu'aux détourneurs de fonds publics, tant que Transparency International n'enquête que sur la corruption dans les services publics, tant que la corruption ne désigne au Cameroun que le fait de soudoyer avec de l'argent pour obtenir une faveur indue (ou pas), le Camerounais lambda se dira toujours que la fraude le concerne peu. Mais, si on jetait un coup d’œil sur la fraude aux actes de naissance, on verrait alors à quel point la fraude est devenue une culture largement partagée au Cameroun.




Partie précédent cet article L'âge d'une fraude nationale (deuxième partie)

La conspiration du silence


Pourquoi face à l'ampleur ahurissant du phénomène nos journalistes, nos intellectuels, nos universitaires, nos hommes politiques bref nos leaders d'opinion se taisent ? Est-ce parce que c'est une pratique généralisée qui ne concernent pas vraiment nos dirigeants mais plutôt des citoyens lambdas de tout bord politique ? Peut-être bien. Peut-être que personne ne veut prendre le risque de dénoncer des actes frauduleux dont les membres de sa propre famille, ses voisins, ses amis ou soi-même sont les actes. En effet, il est bien plus facile de vilipender le gouvernement, les fonctionnaires ou les grands hommes d'affaire parce que peu d'entre nous sommes proches d'un ministre ou des milieux d'affaire et que la critique des fonctionnaires est si courante qu'on ne craint pas d'offenser quiconque.

Mais, j'ai répondu "peut-être" à la question du paragraphe précédent parce que je n'y crois pas vraiment. Les acteurs sus-évoqués dénoncent pourtant bien la corruption, le désordre urbain, le culte du moindre effort ou la démission des parents pour ne parler que de quelques-uns de ces fléaux qui touchent toute la société camerounaise, pas seulement les puissants. S'ils se taisent sur la pratique des faux actes de naissance, c'est d'abord et surtout parce que cela a bien profité à notre pays sur le plan international et que le bénéfice tiré a caressé notre fierté nationale dans le domaine du sport, plus précisement du football.

Imaginez un peu l'équipe de football que nous aurions pu constituer en 2000 aux jeux olympiques si nous n'avions pas fraudé ! Pensez-vous qu'on aurait pu remporter la médaille d'or ? Sans cette pratique, aurions nous pu remporté des compétions de football et même d'autres disciplines sportives dans les catégories minimes, cadets, juniors et espoirs ? Nous savons bien que non. Mes éventuels contradicteurs me rétorqueront peut-être que cela n'entache pas le palmarès de nos équipes nationales seniors. De prime abord, ils auront raison... mais de prime abord seulement. Car, en analysant plus attentivement, on constate cette fraude nous a permis d'exporter de "pseudo" jeunes joueurs que les clubs européens ont perfectionner dans leur art. Sans cela, les européens du fait de leur préjugés pro-jeunes ne les auraient pas accepter et des joueurs tels que Samuel Eto'o n'auraient probablement jamais atteint le sommet de leur art et n'auraient ainsi pas permis à nos équipes nationales seniors d'engranger autant de succès.


En leur for intérieur, nos leaders et forgeurs d'opinions savent cela mais ils ne veulent pas attirer la honte sur notre pays et risquer la perte des trophées sportifs gagnés. Le président Ahidjo leur avait appris qu'autant que possible, il ne fallait pas s’embarrasser de scrupules pour triompher sur d'autres nations dans le sport. Il usait et abusait ainsi du sentiment de fierté national pour consolider l'adhésion à son régime autoritaire. Dans le football, il faisait plus que permettre la falsification des âges: il admettait qu'on falsifie carrément l'identité des joueurs pour permettrait par exemple à Roger Milla, sociétaire à l'époque de Tonnerre de Yaoundé, de jouer dans Canon de Yaoundé ou à Théophile Abéga de canon d'aller renforcer Tonnerre en compétition africaine lors de la même saison sous une fausse identité. C'était avant que la généralisation de la télévision ne vienne rendre trop périlleux le grossier stratagème. Une bonne partie de nos leaders d'opinion actuels ont beau ne pas porter Ahidjo dans leurs cœurs, ils ont pourtant conservé sa philosophie de l'absence de scrupules pour faire triompher la nation.

Suite de l'article L'âge d'une fraude nationale (quatrième et dernière partie)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…