Accéder au contenu principal

De l'usage peu utile d'internet

Si  vous cherchez sur le net des informations ou des images sur un évènement, une localité, sur un thème qui touche plus l’Afrique noire que d’autres continents, vous aurez bien du mal à trouver satisfaction. La raison est bien simple : internet est encore bien trop peu employé par les Africains pour diffuser des informations ou partager des idées et des opinions.

Pour justifier cette situation, on évoque avec empressement le faible taux de pénétration d’internet et des TICs. Cette justification n’est cependant valable qu’en partie. Je me souviens d’une émission de RFI au cours de laquelle un responsable du groupe d’édition et de communication Hachette déplorait le fait qu’on trouvait sur le web plus de photos sur une petite bourgade française –dont j’ai oublié le nom- que sur Kinshasa, la capitale du Congo démocratique qui compte pourtant plus de 6 millions d’habitants.

Et pourtant, les cybercafés se multiplient dans nos grandes métropoles, les opérateurs de télécoms offrent des services d’accès à internet bien moins onéreux que par le passé, les ordinateurs d’occasion sont devenus plus abordables par leur prix et la vente de smartphones augmentent de façon impressionnante. Employé de cybercafé, je constate avec une certaine amertume que l’usage d’internet pour une trop grande partie de nos clients se limite au courriel, à la messagerie instantanée, au chat ou au VoIP (téléphone par internet à partir d’un ordinateur).  

Le plus affligeant est de constater que la plupart des jeunes "privilégiés" qui disposent de laptops dernier cri ne savent pas en faire un usage "politique". Notons que le terme "politique" est utilisé dans une large assertion, c'est-à-dire toute chose qui contribue peu ou prou à améliorer les choses dans la société. Inconscience civique ou sottise ? Les deux peut-être.

Les lecteurs estimeront peut-être que l'attitude de l'auteur de ce billet relève de la condescendance. Pour ma défense, je dis que mon dépit légitime ma colère et ma véhémence dans le verbe. Dépité de voir des jeunes usés des laptops, hors de portée pour la plupart de mes concitoyens, ou des smartphones haut de gamme pour plastronner ou pour des usages sinon futiles, du moins peu utiles.    


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…