Accéder au contenu principal

Salut les mariés! et petite réflexion sur le mariage

Il y a quelques jours, j’ai eu la grande joie d’assister au mariage d’une de mes petites sœurs. Pour beaucoup de membres de la famille et moi, ce fut un grand soulagement même si nous ne le disions pas explicitement. Sous le soleil camerounais, il faut s’estimer heureux de voir sa fille ou sa sœur se lier officiellement à un brave homme qui, par lassitude d’une vie dissolue, par recherche de respectabilité ou par amour tout simplement, rejette le concubinage.

Dans notre pays, si le mariage comme institution inspire encore beaucoup de respect, le concubinage n’inspire plus du tout la honte. Il n’y a qu’à analyser le parler populaire pour se rendre de son adoption comme norme sociale par défaut. Ainsi, on dit d’un couple de concubins qui partagent le même toit qu’ils vivent « maritalement ». Quitte à créer la confusion dans les esprits, on dit du concubin d’une femme : « C’est son mari » ou de la concubine d’un homme : « C’est sa femme ».

En raison principalement d’une crise de valeurs morales et d’une situation socioéconomique difficile, un jeune Camerounais s’imagine difficilement passer devant le maire même s’il aime sincèrement une femme. Du fait de la perte de maintes valeurs traditionnelles, il faudra un miracle pour qu’il ne s’acquitte pas d’un prix de l’épouse (la dot) si exorbitant qu’on peut légitimement se demander si la belle-famille ne vend pas leur fille ou ne font pas du racket.

S'il n'appartient pas à un groupe ethnique ou à un clan tribal qui considère encore que la solidarité est un impératif quasi-catégorique, il devra dépenser toutes ces économies pour la dot et les dépenses somptuaires liées aux célébrations du mariage... dans le cas où il dispose d'un revenu convenable grâce à une activité professionnelle ou une rente de membre d'une famille aisée. S'il n'est qu'un "débrouillard" comme l'immense majorité des jeunes Camerounais, alors bonjour la galère du célibat contraint ou le compromis du concubinage.  

On peut souligner avec raison que le bonheur marital n'accompagne pas forcément tout couple marié. Mais qu'on me permette de rétorquer que la noblesse du mariage tient aussi au fait qu'il procure une sécurité juridique à la femme et, à priori, une cadre sain pour le développement affectif de l'enfant. Une nation où des jeunes gens se marient de moins en moins produit de plus en plus des enfants bâtards, des filles-mères, des citoyens mâles qui font peu de cas du respect dû à la femme et j'en passe.

Une jeunesse qui songe de moins en moins à se marier passe à côté d'un de ces succulents ingrédients qui peuvent faire d'une vie un repas agréable.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Décidément, la démocratie est un luxe pour beaucoup d'Africains

En février 1990, Jacques Chirac de France avait déclaré que la démocratie était un luxe pour l’Afrique. Je me souviens que mon père a toujours été politiquement un sceptique et regardait d’un critique -trop critique même- les revendications démocratiques avait acquiescé. Mais pratiquement tout ceux avec qui il débattait condamnait les propos de Chirac. A cet époque, je ne m’étais pas encore vraiment forgé une opinion politique.

Devenu plus tard libéral, j’ai condamné à rebours cette déclaration et je m’employais à démontrer les arguments des relativistes qui pensaient que la démocratie est simplement une importation occidentale et qu’elle ne convenait l’homo africanus. Bien que je continue à penser que la démocratie est une belle chose, du moins la plus horrible des systèmes à l’exception des autres, des évènements m’amènent parfois à me demander si Chirac n’avait pas raison.
Les dernières élections au Togo et au Zimbabwe ont été remporté haut la main par ceux qui tenaient déjà le…

Islam et terrorisme. Mais comment ça "Pas d'amalgame" ?!

Décidemment, quand il s'agit de défendre l'islam, l'impudence est apparemment la chose du monde la mieux partagée. A peine des gens criant "Allah Akbar" (Allah est grand) tuent des blasphémateurs, des apostats ou des mécréants, des charlots, autant islamologues que je suis spécialiste du fétichisme du cargo, s'empressent de dirent que cela n'a rien à voir avec l'islam. Les derniers actes terroristes de Paris en ont encore fourni la malheureuse illustration.        

Si la CRTV vous était contée

Cameroon Radio & Television (Photo credit: Wikipedia) Un de mes professeur nous dit un jour qu'il fallait beaucoup de courage pour regarder la CRTV télé, la chaîne de télé publique du Cameroun. Il ne croyait pas si bien dire tant la télé publique, qu'on avait fini par surnommer Canal Mendozé, ne perdait jamais une occasion de mettre en rogne les jeunes télespectateurs dont les familles ne pouvaient pas encore se permettre de s'abonner à la télévision par câble. C'était en 2002 et bien que Gervais Mendozé soit parti il y a cinq ans, la CRTV continue de porter les blessures pulvérilentes de son ère qui dura près de 30 ans.

La génération de Camerounais nés dans les années 90 ne peuvent se souvenir de cette CRTV qui nous régalaient avec des fuilletons et des fictions télé produites localement telles que L'orphelin, L'étoile de Noudi, les Feux de la rampe ou Clin d'oeil. Soyez-en sûres, j'en oublie bien d'autres. Les enfants que nous étions raffolion…